Serdar, Young Starter

Plus de témoignages

Serdar, qui es-tu ?

Je m’appelle Serdar et je suis bruxellois depuis ma naissance !

Je suis diplômé de l’ECAM en ingénieur industriel en éléctromécanique, avec une spécialisation en automatisation.

 

Pourquoi as-tu choisi de participer au programme Young Starter ?

J’ai fait des études qui sont théoriques et je voulais développer mon côté social et humain tout en continuant de développer mes compétences techniques. Comme je ne savais pas quoi faire à la fin de mes études, je me suis dit que ce qui me donnerait le plus d’expérience et qui développerait ces compétences en très peu de temps, c’est le programme Young Starter à la STIB ! En m’y intéressant de plus près, je me suis rendu compte que la STIB fait vraiment de tout. Ils sont très autonomes, que ce soit d’un point de vue énergie, management, maintenance, formations, etc. Je suis Bruxellois et je me sens vraiment acteur dans le fonctionnement le métro que je prends depuis que je suis petit. On fait beaucoup d’efforts pour que ça change. Les transports en communs, c’est une solution de déplacement durable. Aujourd’hui je travaille pour quelque chose de local et pour quelque chose que ma famille, mes amis et mes proches utilisent, et ça c’est vraiment cool ! Mon enthousiasme n’est pas venu en ces quelques mois de mission, ça fait 25 ans que j’utilise les transports en commun, et ça fait autant de temps que je désire leurs améliorations! Je ne regrette pas le choix de ce programme qui coïncide avec mes valeurs ! 

 

Tu en es à ta première mission, peux-tu nous en parler ?

Mission 1 : Business Unit Metro Movement

J’ai travaillé au Movement Metro, là où on gère toute l’exploitation. Mon mentor était le responsable de l'exploitation, et l’un de  mes projets était de former les collaborateurs sur les calculs de certains indicateurs de performance (KPI). Il y a deux KPI et un titulaire pour chacun. Mais si l’un des deux titulaires part (congé, maladie, …), ils ne savent plus le calculer. Il fallait trouver donc des solutions. Ensuite, j’ai dû critiquer ces KPI : voir comment ils sont utilisés, comment on peut les améliorer, comment les révolutionner, et peut être en créer de nouveaux.

Mission 2 : Signalisation Tram

Là, j’ai complètement changé de job. J’ai travaillé dans le bureau d’étude de la signalisation tram de la STIB. Au départ, j’étais adjoint au Project Manager, ensuite j’étais Project Manager à part entière. Quand on est chef de projet, on prend en considération l’expertise de chacun pour avancer. Le projet sur lequel je travaillais était « simple » : il fallait remplacer les anciennes armoires électriques par des nouvelles. Le plus compliqué dans ce projet, mais le plus intéressant, c’était de construire un référentiel technique de la signalisation tram. Lorsque chaque installation/changement d’armoire se fait, un collègue du Safety contrôle si tout a été fait dans les normes. Pour cela, la création du référentiel facilite énormément la tâche. Et c’est quelque chose qui peut être utilisé et décliné sur d’autres projets.

Mission 3 : Stratégie & Business Transformation

C’est une branche directement rattachée au General Management et je travaille sur les navettes autonomes. Je suis sur un projet qui consiste à permettre à la STIB de se positionner par rapport aux navettes autonomes, tester leurs fiabilités, leurs faiblesses, etc. Ce qui est très différent ici, c’est qu’on travaille avec la méthode Agile, ça change tout ! On est beaucoup plus flexible et on travaille de manière transversale. Il n’y a pas de hiérarchie dans l’équipe et l'ambiance y est vraiment plaisante. Chacun a ses compétences et on avance tous ensemble. C'est aussi une mission dans laquelle je développe ma vision à plus long termes pour étudier toutes les opportunités de ces navettes.

 

Tu as travaillé au métro, au tram et au bus... Et tu as bientôt fini ! 

Oui, j’ai eu la chance de passer par les 3 Business Unit via des vecteurs différents. D’un point de vue networking, j’ai rencontré pleins de personnes et ça me facilité la vie (et réciproquement). C’est un gain de temps énorme d’avoir un réseau aussi grand. Dès que j’ai signé mon contrat je me disais que je ne pouvais pas répondre à la question que tout le monde me posais : « dans quel domaine veux-tu travailler ? ». Et après presque deux ans, je ne sais toujours pas… Mais je suis rassuré : je sais dans quoi je suis bon et dans quoi je dois m’améliorer. Je veux développer ces compétences et les mettre à profit dans ma future fonction, ou plutôt… mon prochain défi !

 

Aujourd'hui, qu'est ce qui te plaît à la STIB ?

C’est l’intérêt que l’on nous porte ! On investit vraiment beaucoup en nous, on nous propose pleins de formations super intéressantes et qui nous donnent une plus-value, pas seulement technique, mais surtout en soft skills. Certains amis qui ont fini l’ECAM en même temps que moi n’ont pas reçus autant de formations que nous jusqu’à aujourd’hui. On est très bien dirigés et on nous aide à choisir nos missions et voir si ça nous correspond, si ça peut nous plaire, et surtout, si c’est assez challengeant ou pas !

 

Un mot pour un jeune chercheur d’emploi ?

Pour un jeune qui vient de finir l’école et qui ne sait pas dans quel domaine il veut se lancer, je lui conseille vraiment de venir à la STIB ! Ce programme permet d’avoir une vision très transversale de l’entreprise, qui est très grande, et surtout, s’il ne sait pas ce qu’il veut faire, cela lui permettra d’apprendre davantage. Au pire, s’il n’aime pas sa mission de huit mois, il en aura deux autres pour se faire une idée. Au mieux, il aime bien et postulera pour celle-ci ! Un.e candidat.e n’a jamais rien à perdre à postuler pour ce programme.

Plus de témoignages