Quentin, Manager d'intervention tram

Plus de témoignages

Passionné par les trams depuis tout petit, j’ai réalisé mon rêve d’enfant !

 

Petit, Quentin se promenait sur les épaules de son père sur le chantier du tram 55. Le début d’une passion pour les trams, passion qui l’a tout naturellement amené à devenir conducteur de tram à la STIB. Aujourd’hui manager d’intervention, il veille à ce que « tout se passe bien pour ses trams ».

 

Les trams, c’est réellement une passion ?

Je mentirais si je répondais non ! Je suis passionné par les trams depuis tout petit, sans doute depuis l’époque où mon papa me promenait sur ses épaules dans le chantier du tram 55, à l’Altitude Cent, au début des années ’90. C’était une évidence pour moi, devenir un jour conducteur de tram. A l’âge de 15 ans, j’ai rencontré d’autres jeunes passionnés, avec qui je suis toujours en contact à l’heure actuelle, et nous nous sommes inscrits comme bénévoles au Musée du transport urbain bruxellois. A peine sorti de l’école secondaire, j’ai postulé comme agent de prévention à la STIB. J’ai travaillé un an à ce poste avant de décrocher un CDI comme conducteur de tram.

Un rêve d’enfant qui se réalise ?

Oui, en devenant conducteur de tram, j’ai réalisé mon rêve d’enfant ! Un rêve qui a duré 6 ans, 6 années durant lesquelles je me suis retrouvé aux commandes de mon tram, tous les jours. Fin 2017, je me suis inscrit à un examen de promotion interne pour devenir manager d’intervention et j’ai réussi.

Que fait un manager d’intervention ?

Ma fonction consiste à patrouiller en voiture-radio dans Bruxelles pour m’assurer que tout se passe bien pour nos trams. Nous sommes à disposition du Dispatching Tram, qui nous appelle en cas d’incidents en temps réel, tels que des collisions, services bloqués, déraillements, pantographes retournés, etc. Humainement, les missions les plus dures sont souvent celles qui impliquent des blessés (dans des véhicules ou avec des piétons). Ce sont des choses auxquelles on se prépare, afin de rester concentré et efficace lors des interventions, mais c’est toujours difficile à vivre. Lorsque nous n'avons pas de mission, nous nous occupons de l’encadrement des conducteurs sur le réseau, en vérifiant que les règles de circulation entre trams soient respectées. Nous vérifions également que les voitures n’empruntent pas les sites propres de nos bus/trams et verbalisons les récalcitrants, quand c’est nécessaire.

La fonction de manager d’intervention est une fonction variée et, bien que ce soit plutôt un métier individuel – car nous sommes seuls dans nos voitures –, nous travaillons en équipe avec les autres collègues qui couvrent le réseau et nous allons parfois en renfort sur le réseau pour des missions plus importantes. Chaque jour est différent et même si les appels se ressemblent, les interventions, elles, ne se passent jamais 2 fois de la même façon.

Allier rapidité et diplomatie ...

Parfois, nous devons trouver des solutions rapidement, faire preuve de beaucoup de diplomatie, afin que nos voyageurs ne soient pas pénalisés trop longtemps et faire en sorte que nos trams circulent à nouveau normalement au plus vite. Quand on y arrive, c’est toujours une satisfaction personnelle.

Plus de témoignages