Anne , Business Transformation Manager Métro

Plus de témoignages

Comment es-tu arrivée à la STIB ?

Alors que j’ai toujours eu la STIB dans un coin de ma tête, j’ai été contactée par un chasseur de tête fin 2016 au moment où je pensais à changer d’entreprise… Ça tombait à pic ! J’ai été engagée comme Business Transformation Manager. C’est une fonction variée qui regroupe plusieurs tâches : la responsabilité de la gestion de projets, le management d’une équipe de chefs de projets qui doivent monter en compétences (développement de talents), le management du changement et l’accompagnement des changements sur le terrain, ainsi que la responsabilité globale liée à la modernisation du métro.

 

C’est une fonction assez variée en terme de management !

En effet, je suis en quelques sorte Project Manager, Program Manager, Change Manager et Responsable des chefs de projets. Ce n’est pas rien !

Dans l’équipe, les chefs de projets se distinguent en tant que Project Manager Officers et Network Engineers. Pour être Network Engineer, les jeunes ingénieurs qu’on engage font un trajet d’apprentissage (+-2 ans) en touchant à plusieurs domaines (la conduite, la régulation, le dispatching, …) avant de véritablement rentrer dans la fonction de chef de projet. Cela permet d’avoir une crédibilité d’un point de vue technicité et connaissances puisqu’ils auront été en contact avec ces outils durant la formation.

En tant que Change Manager, je m’occupe d’accompagner les changements sur le terrain et de briefer les équipes afin de pouvoir organiser la migration des nouveaux systèmes sans que cela impacte le réseaux en temps réel.

 

Pourrais-tu nous parler de quelques-uns de tes projets ?

Nous travaillons sur le projet « Fast » : c’est la révision du processus d’intervention en cas d’avaries sur le réseau pour éviter qu’un train reste bloqué sur le réseau et perturbe tout le trafic.

Ce processus est revu pour le rendre plus agile et pour réduire le temps de blocage train sur le réseau. Ca implique du travail au niveau du movement et du technical, ce qui fait que c’est un projet assez transversal au Métro.

Il y a également le projet « Miroir » : il s’agit de la révision du positionnement idéal des miroirs sur les quais qui servent de rétroviseur aux conducteurs.

Nous entreprenons tellement de projets qu’à la base nous étions 5 et maintenant nous sommes 10 dans l’équipe !

 

Que penses-tu de la STIB en tant qu’employeur ?

J’étais attirée par la STIB à plus un titre, notamment par les campagnes qui affirmaient que tout le monde est le bienvenu (et je le vois aussi en pratique), mais également par le fait que mon grand-père y a fait toute sa carrière. Malheureusement, quand j’ai fini l’école, il n’y avait pas le besoin de recruter comme on le fait aujourd’hui.

J’ai rarement vu une entreprise avec autant de volonté de bien faire, de fierté et d’enthousiasme. Même si tout n’est pas rose ni parfait, beaucoup sont fiers de bosser pour la STIB, et cette fierté est contagieuse ! Je conseille vivement à tous chercheurs d’emploi de solliciter à la STIB. Il y a une telle diversité de métiers que tout le monde peut y trouver son compte. On travaille pour contribuer au développement de la mobilité à Bruxelles, on fait un métier qui a du sens !  

Plus de témoignages