Plus de témoignages

Laetitia , Peintre au pistolet

Comment êtes-vous arrivée à la STIB ?

Après mes études, j’ai travaillé quelques mois comme peintre dans une carrosserie, puis j’ai eu l’opportunité de rentrer à la STIB. J’ai plusieurs membres de ma famille qui y travaillent, je connaissais déjà l’entreprise. J’ai passé des tests psychotechniques, une interview, des tests pratiques et j’ai commencé, i l y a un mois, au service Peinture, au sein du dépôt de Cureghem.

En quoi consiste votre travail ?

Je suis chargée de peindre au pistolet des pièces de tram qui ont fait l’objet de réparation, à la suite d’un accident par exemple. Le nombre de pièces peintes par jour varie selon le type de pièce, la complexité du travail … Dans cet atelier, on répare les trams qui ont été fortement accidentés mais on s’occupe aussi de la révision complète des trams, à raison d’environ deux trams par mois.

Et qu’est-ce qui vous plaît dans ce travail ?

Je travaille dans une équipe de douze personnes. Je suis la seule femme peintre au pistolet mais ça ne me dérange pas, je suis habituée à ne travailler qu’avec des hommes. Il faut être « manuelle » pour faire ce travail. Je suis aussi des formations, notamment en matière de sécurité, et je vais apprendre à réparer le polyester.

Afficher les offres d'emploi correspondantes

Haut de Page