Plus de témoignages

Pascal , Conseiller en prévention

Quel est votre parcours ?

J’ai suivi des études d’électronique et j’ai commencé ma vie professionnelle au sein d’une société qui fabriquait des catalyseurs pour voiture. J’y suis resté 20 ans, mais je changeais de fonction tous les 3-4 ans environ. A un moment, on m’a demandé d’introduire dans l’entreprise et dans ses processus de fabrication des éléments de sécurité. J’ai alors suivi une formation de conseiller en prévention et j’ai directement accroché à cette thématique. J’ai dès lors décidé d’évoluer dans cette fonction et je suis devenu conseiller en prévention au sein de l’entreprise.

Comment êtes-vous arrivé à la STIB ?

La société pour laquelle je travaillais depuis 20 ans a décidé de se délocaliser à l’étranger, mais moi, je n’avais pas envie de quitter la Belgique. J’ai donc commencé à chercher autre chose et j’ai vu qu’un poste de conseiller en prévention était libre à la STIB.

Que fait un conseiller en prévention ?

Les missions du conseiller en prévention sont définies par la loi. On intervient dans plusieurs domaines en réalité. Celui auquel tout le monde pense en premier est la sécurité : le conseiller en prévention est là pour faire des recommandations avant l’achat de machines, avant la construction ou l’aménagement de lieux de travail (ventilation, volume d’air, vérifier qu’il n’y a pas d’éléments dangereux …). On vérifie que tout est bien conforme. La particularité à la STIB, c’est qu’on intervient autant pour des bureaux que pour des ateliers et dépôts, donc des lieux très différents, avec des contraintes différentes. Pour l’utilisation des machines, on s’assure que le personnel dispose bien des équipements de protection individuelle requis et adaptés à ce type de machine, comme les casques, lunettes, gants, etc.

On s’occupe aussi des questions d’hygiène (accès aux douches, toilettes, vestiaires), de l’ergonomie du lieu de travail (chaises réglables pour le dos, souris ergonomiques, choix des sièges des chauffeurs et conducteurs …) et des mesures environnementales (avis sur les produits chimiques utilisés, gestion des déchets …). On est également impliqué dans tout ce qui touche la lutte contre les incendies : étudier le matériel choisi, les procédures d’évacuation qui sont mises en place, observer le déroulement des exercices incendie, etc. Enfin, on intervient aussi dans le cadre des mesures de protection de la santé : campagne de vaccination contre la grippe, mise en place de visites médicales de contrôle, suivi de ces visites et de la santé du personnel pour détecter d’éventuels problèmes de santé particuliers, collaboration avec un service externe pour l’accompagnement psychosocial des travailleurs … Cela touche tant la santé physique que psychologique du personnel.

Un métier varié !

Oui, cela touche à plein de domaines différents et c’est une fonction transversale, le conseiller en prévention a vraiment un rôle important dans l’entreprise, car c’est une « aide » pour l’ensemble des services, tous niveaux et secteurs confondus. On va sur le terrain, on rencontre le personnel, on voit en quoi on peut les aider. On analyse aussi les accidents de travail, afin de voir ce qui peut être fait pour les éviter et on vérifie ensuite que cela a bien été réalisé. On veille aussi à ce qu’il y ait, sur chaque site, suffisamment de personnes qui aient suivi la formation de secouriste et on supervise les recyclages. On est en quelque sorte la « base de données » législatives sur la prévention et la sécurité au travail.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

J’aime ce que je fais car cela touche un panel de domaines variés. Cela concerne toute l’entreprise, de la base au sommet. Je ne suis pas « cantonné » dans un bureau. J’ai des contacts avec tout le monde, de l’ouvrier au chef de service. J’aime  beaucoup ce contact humain et le fait de me sentir utile dans ce que je fais au quotidien. Je continue d’ailleurs à me former et je viens de passer un niveau supérieur en tant que conseiller en prévention.

Quelles qualités faut-il pour exercer votre fonction ?

Savoir COMMUNIQUER ! C’est essentiel ! Il faut pouvoir écouter et adapter son discours en fonction de la personne qu’on rencontre, apporter des solutions à son niveau et créer et maintenir un climat de confiance. C’est d’ailleurs pour cela que le conseiller en prévention doit garder une étiquette neutre. Il faut pouvoir ensuite assurer le suivi, donner un feedback de ce qui a été fait ou le sera. 

Afficher les offres d'emploi correspondantes

Haut de Page