Plus de témoignages

Olivier , Business Analyst

Olivier, j’ai entendu dire que tu avais un parcours atypique, peux-tu nous raconter ton histoire ?

« Dans ma vie, je n’ai pas eu la chance de faire des études, et tout ce que j’ai appris, je l’ai appris seul. A mes 30ans, j’ai eu un grave accident, et j’ai été paralysé des jambes durant un an et demi. C’était un moment charnière où j’ai décidé de suivre des formations en informatique, ma passion, afin d’obtenir des certifications. Au départ, j’ai proposé mes services à des particuliers. Ensuite, j’ai été employé dans une petite entreprise qui proposait des services informatique, entreprise de laquelle j’ai eu l’occasion de reprendre la direction. Quelques années plus tard, nous avons été victimes d’un cambriolage. Tout était détruit. Et même si les activités avaient repris et que tout était sur pied, je ne m’en suis pas remis. J’ai fait un burnout… Alors, avec ma femme, nous avons fait une pause de quelques mois aux Etats-Unis, et une fois rentrés, une question évidente résonnait : « comment retrouver du travail ? »

J’ai postulé à la STIB, au départ comme informaticien, mais sans diplôme, c’était impossible. Ensuite, comme chauffeur de tram. J’ai été pris, et je suis resté dans la fonction durant plus de 3 ans. 

L’informatique me manquait beaucoup vous savez… Alors je me suis lancé dans des projets internes, notamment dans le processus de tests de la nouvelle application STIB, et c’est là que je me suis fait remarquer. J’ai eu la chance de faire la présentation de cette nouvelle application en LIVE devant plus de 400 personnes, mais en plus, quelques semaines plus tard, j’ai été entretenu par le directeur du département et par 4 autres responsables, intéressés par mon profil. Plus tard, j’ai vu deux postes ouverts pour être Business Analyst, et vous connaissez la suite, vu qu’aujourd’hui, je suis Business Analyst. »

 
« Quand on n’a pas certains diplômes, il faut se battre autrement ! »
 

Après tout ce que tu as vécu, tu vois les choses différemment ?

« Au travail, les cas de burnout sont très fréquents. Avant j’étais indépendant, c’était 24h/24, 7j/7, tu ne vis jamais en paix. Tu y donnes ta vie ! Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, je considère qu’après mes heures de travail, je commence ma « deuxième vie », ma vie privée. Quand je rentre, c’est terminé, je ne me sens pas coupable de prendre du temps pour moi et pour mes proches. »

 

Que dirais-tu à quelqu’un qui cherche du travail ?

« Il faut le savoir, en dehors de la STIB, les milieux de l’informatique et des télécoms sont très difficiles. Il faut beaucoup prendre sur soi, c’est très fatigant… Aujourd’hui, la STIB m’a donné une chance parce que je me suis toujours accroché et je me suis battu. Il ne faut pas attendre que les choses tombent du ciel. Intéressez-vous aux choses, passionnez-vous, ayez de la volonté, et vous verrez que le travail ne sera plus jamais une corvée quand on fait ce qu’on aime ! Si pour vous, l’argent est fait pour vivre et non pas pour avancer, alors vous avez tout compris. »

Afficher les offres d'emploi correspondantes

Haut de Page