Plus de témoignages

Barbara , Conductrice de tram

Conductrice de tram, c’est une vocation que tu as depuis toute petite ?

Ce n'était pas une vocation. J'ai d'abord travaillé comme assistante gérante dans une grande surface. Mais je savais que la STIB était une entreprise stable et en pleine expansion. J'ai toujours été attirée par l'inattendu, voire l'inconcevable, et donc, je voulais prouver qu'une femme était tout à fait capable de conduire un tram aussi bien qu'un homme.

Comment devient-on conductrice de tram ?

Après avoir postulé, il y a un examen d'entrée basé sur des connaissances générales acquises à l'école. Là, il y a des tests médicaux à passer (vue, audition...) mais assez souples. Une fois cette étape réussie, on commence un mois de formation en interne pour apprendre la conduite évidemment, le fonctionnement d'un tram, comment le dépanner...

Quelle est ta journée-type ?

Ma journée type commence très tôt puisque je me lève à 3h50. J'enfile mon uniforme et à 4h40, j'arrive au bureau. Là, je dois procéder à plusieurs vérifications techniques de mon tram avant de démarrer. Et puis je commence seulement le parcours qui m'a été donné jusqu'à la fin de mon service, à 12h40. Je rentre ensuite chez moi et je fais une sieste, nécessaire pour continuer ma journée...

Cela dit, je reçois chaque jour un parcours différent, même si nous n'avons que 3 lignes dans mon dépôt. Il y a aussi différents régimes horaires comprenant parfois les soirées, les nuits ou le weekend.

Dans ce cas, nous avons des jours de récupération car nous ne pouvons pas dépasser 8h39 par service.

Quelle est la plus grande difficulté rencontrée dans l’exercice de ton métier ?

La plus grande difficulté est sans conteste de devoir gérer les altercations avec des clients difficiles.

Par exemple, quand une personne se retrouve coincée dans une porte qui se ferme automatiquement, il est impératif de garder son calme pour lui expliquer qu'il est interdit de monter après le signal sonore. Les gens pressés veulent monter à tout prix au détriment de leur sécurité, il est parfois compliqué de leur faire comprendre.

Quelle est ta plus grande réussite professionnelle jusqu’à ce jour ?

Je suis fière de mon parcours et l'avantage à la STIB est que l'on peut évoluer au sein de l'entreprise. Pour l'instant, j'espère pouvoir évoluer vers une place d'assistante dépôt (gestion des horaires, maladies, chèques-repas...) ou de manager de ligne, qui est sur le réseau pour gérer les incidents, accidents, pannes et accompagner les agents qui en ont besoin.

J'aime l'adrénaline et en même temps, j'ai besoin de sécurité, ce sont 2 postes qui me conviendraient bien.

Quels conseils donnerais-tu  à un jeune qui aurait envie de suivre tes traces ?

Je lui conseillerais surtout d'être patient à ses débuts dans la société car il faut un petit moment avant de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Les horaires ne sont pas évidents car en dehors des heures de bureau classiques. C'est un beau métier de service public, où l'on aide les gens.  

Afficher les offres d'emploi correspondantes

Haut de Page